L’homme peut-il se donner à lui-même sa source chaude ?



Ce qui est remarquable c’est que toutes les cultures, à l’exception de la culture moderne, fonctionnaient ou continuent de fonctionner avec une source chaude puissante et avec des accumulateurs de sens bien chargés. Source chaude puissante de signifiants absolus: Dieu, l’Etre, le Cosmos, la Nature, l’Ordre, les Valeurs... Accumulateurs de sens bien chargés: la tradition-transmission d’un donné signifiant et signifié important.

Toutes ces cultures fonctionnent en homéostasie avec l’écosystème du sens. Et jusqu’à leur déclin, la néguentropie signifiante défie victorieusement la fatalité entropique de la dégradation du sens.

Il s’agit ici non pas de tel ou tel sens particulier mais du sens total, en quelque sorte
le sens du sens, le sens de tout sens possible, la donation radicale du sens, le champ fertile du sens ou encore la "vitalité" du sens en général.


Enfermement

La schizoïdie anthropocentrique par laquelle la modernité accède à elle-même boucle l’autonomie en clôture totale dans le grand enfermement de l’humain sur l’humain.

Pour la première fois depuis que l’homme existe, le système anthropogène se met à fonctionner en se donnant lui-même sa source chaude. C’est-à-dire en réchauffant continuellement lui-même et à partir de lui-même la source chaude de son sens et de ses significations. Et partant à recharger aussi par lui-même et à partir de lui-même ses accumulateurs sémantiques.

La source chaude et le puits froid du sens sont enfermés en absolue finitude. Le sens total se donne ainsi, en lui-
même et pour lui-même, à partir de son enfermement en immanence.

Mais en même temps il ne peut pas ne pas faire sien, même en le renvoyant à l’infini (lequel infini se voulant lui-même enclos en finitude), le puits froid de sa production de sémantique entropie. La montée de l’absurde, de l’étrange, du désenchantement, de la désespérance...

Bien sûr, jusques en ses extrémistes clôtures en finitude, la modernité ne cesse, effectivement, de participer, souvent malgré elle, et plus inconsciemment que consciemment, à quelque ‘transcendance’. Sans ce subterfuge elle ne saurait survivre longtemps sans succomber à l’asphyxie. Ainsi la rupture avec la source chaude n’est jamais consommée. Et surtout les accumulateurs ne sont jamais complètement déchargés.


Restent quand même les 'accumulateurs'

Même l’absurde le plus radical ne succombe pas à sa propre logique parce que ne sont pas encore à plat les puissants accumulateurs d’énergie sémantique. Spécialement la judéo-chrétienne signifiance.

Plus qu’elle n’ose se l’avouer à elle-même, la modernité fonctionne malgré tout, même par subreptice participation, sur une formidable réserve de sens, véritable capital d’énergie spirituelle constitué au cours de l’histoire occidentale. Constitué notamment durant ces longues périodes que nous avions crues obscures et qu’une plus saine écologie du sens commence à nous faire reconsidérer aujourd’hui.