Renouvellement



"Duc in altum, conduis la barque en haute mer." Il faut monter plus haut... (41)


C'est ainsi que s'accomplit la noble parole ‘Transite’, c'est-à-dire élevez-vous au-dessus de toutes choses. Elle
s'accomplira avec la naissance de Dieu en nous. (57)


C'est comme un homme qui veut exécuter un grand saut.
Plus il veut sauter loin, plus il recule d'abord. Il se donne ainsi l'espace d'un élan qui lui permet de sauter avec d'autant plus de force. De même l'homme doit-il se tenir pour coupable et se placer bien loin en arrière. Et du fait qu'il se tient ainsi plus en arrière, son saut le portera avec plus de vigueur et plus en avant en Dieu. (60)


Plus il se place à distance, plus il estime qu'il est loin, en vérité et dans le fond de son âme et nullement par vain sentiment, plus aussi
il bondira vraiment bien en avant et fera son entrée en Dieu en profondeur et avec perfection. (60)


Le cheval fait du fumier dans l'écurie. En soi le fumier est sordide et répand une odeur infecte. Cependant le même cheval le traîne avec beaucoup de travail dans les champs où il fait croître la précieuse récolte d'un beau froment ou d'un vin délicieux,
récolte qui n'aurait pas été si bonne s'il n'y avait pas eu de fumier. (6)


Ton fumier à toi ce sont tes propres faiblesses dont tu ne viens pas à bout pour l'instant, dont tu ne parviens pas à te défaire et que tu n'arrives pas à dominer. (6)


Prends avec application la peine de les porter sur le champ de la très aimable volonté de Dieu, dans un véritable abandon de toi-même.
Epands ton fumier dans ce noble champ et, à n'en pas douter, il en sortira, dans un humble abandon, des fruits nobles et délicieux. (6)


Quand tant de poissons eurent été attrapés et pris dans le filet, celui-ci se rompit. Ainsi en est-il de l'homme dont la pêche a été si bonne qu'il est arrivé à ce sommet.
La nature, trop infirme pour supporter cela doit nécessairement se déchirer en sorte que cet homme n'a plus un seul jour de bonne santé. (41)


Il est possible que des pécheurs soient tombés plus bas que les autres, en plusieurs affreuses fautes mortelles. L'essentiel c'est qu'ils s'approchent à fond de notre Seigneur. En ces dispositions ils se livrent à Dieu, extérieurement et intérieurement, afin qu'il les traite comme il voudra.
Pour les péchés de telles personnes, Dieu ne demande aucun compte. Il n'en veut rien savoir. Comme ils se sont complètement détournés de ces péchés, Dieu, lui aussi, s'en est complètement détourné. Et comme ils n'en veulent plus rien savoir, Dieu, non plus, n'en veut plus rien savoir. (36)


Lorsque tout l'homme, extérieur et intérieur, avec ses facultés inférieures et supérieures, a été taillé et préparé,
alors vient le doux soleil de Dieu. Il commence à briller dans le fond et à illuminer de sa clarté le noble champ. C'est alors un délicieux été. (24)


L'éternel Dieu d'amour accorde alors à l'esprit de verdir, de fleurir et de produire les fruits les plus délicieux dont aucune langue ne saurait parler et dont nul cœur ne peut se faire une idée,
tant est grande la joie qui s'éveille alors dans l'esprit. (24)