Le jugement de l’amour



Tout est dans la charité. Si quelqu'un a quelque chose de mauvais, cela lui reste. Au contraire, ce qu'il y a de bien en lui revient à la charité. (39)


Réfléchis bien à ceci: aurais-tu tous les autres signes distinctifs qu'on peut avoir de la vie véritable,
si tu ne sens pas ce témoignage de l'amour, tout est perdu. (44)


Quand l'homme veut aimer Dieu, il voit, en regardant en lui-même, qu'il est vide d'amour et de grâce. Il devrait aimer Dieu à fond et tendre vers lui et il ne trouve rien de cela en lui-même. Alors s'élève en lui un
jugement redoutable et il crie malheur sur lui-même. Vraiment, c'est très bien ainsi, car l'homme doit se condamner lui-même. (76)


Plus d'un pense avoir la charité, mais
s'il regardait profondément dans le fond, il saurait ce qu'il en est de son amour. Tout ce qui te manque, c'est de ne pas savoir pénétrer dans ton fond. Si tu y entrais, tu apprendrais comment la grâce t'avertit sans cesse d'élever ton ‘gemüt’ au-dessus de toi-même. (44)


Celui qui aurait la
véritable charité se précipiterait en Dieu avec son jugement et avec toutes ses fautes, s'enfonçant amoureusement dans la complaisance et la bonne volonté de Dieu, en se dépouillant vraiment de toute volonté personnelle. (76)


Certains s'en viennent avec leur manière raisonneuse, prennent de grands airs et pensent qu'on leur a révélé le bien le plus pur quand ils ont entendu dans un sermon débiter des extravagances qui ne portent en elles ni vie, ni leçon de vie. A leur parole on reconnaît ce qu'ils sont. Ce sont des hommes stagnants. Ils s'en tiennent à leur lumière naturelle, en tirent vanité, alors qu'ils n'ont jamais fait la traversée de l'adorable vie de notre Seigneur Jésus Christ, ni même brisé leur nature par la pratique de la vertu.
Ils n'ont point passé par le chemin de la vraie charité. (52)


Mes enfants, ce serait là la vraie charité. Oh! celui qui, à sa dernière heure, pourrait réaliser une telle conversion, en sorte que, plongé pleinement en la volonté de Dieu, il fût trouvé en cette disposition, celui-là entrerait immédiatement en Dieu,
eut-il commis tous les péchés que le monde entier ait jamais commis. (76)


Ce qu'est la vraie et divine charité que tu dois avoir intérieurement, tu le reconnaîtras et le comprendras par la charité que tu as extérieurement pour ton prochain.
Tu n'aimes pas Dieu avant de t'être aperçu que tu aimes ton prochain. (76)


Si vous êtes prompts à incriminer les autres et à les juger sévèrement, comme quelques-uns qui sont si prompts à tomber sur les fautes de leur prochain qu'ils paraissent vouloir faire une brèche dans le mur avec leur tête, c'est
un signe certain que votre cœur se dessèche quant à l'amour de Dieu et qu'il ne cesse de se dessécher. (76)