Dès le sein de ma mère...

 

Les engendrements et les naissances font jubiler Dieu. C’est sans doute la raison profonde pourquoi ils sont Trois. L’Un, en lui-même, est stérile. Il ne peut se démultiplier que par émanation. La Trinité, elle, est infinie fécondité d’Agapè qui se partage. Créés à l’image et à la ressemblance de Dieu, comment la femme et l’homme ne jubileraient-ils pas à chaque naissance ?

Déjà... Bien avant que je ne vienne au monde. Dès le sein de ma mère je suis aimé. Je suis connu avant de connaître. Je suis compris avant de comprendre. J’existe avant de pouvoir me reprendre moi-même en pleine conscience. Déjà l’Autre me porte en son Agapè.
 

Déjà
... Bien avant que je ne vienne au monde. Je suis connu avant de connaître. Je suis compris avant de comprendre. J’existe avant de pouvoir me reprendre moi-même en pleine conscience. Déjà l’Autre m’enserre et me contient en son Agapè.

Le Seigneur Dieu m'adressa cette parole. Avant même de t'avoir formé dans le ventre maternel, je t'ai connu ; avant même que tu sois sorti du sein, je t'ai mis à part. Et je t'avais établi prophète des nations. (Jérémie 1,4-5).

C’est toi qui m’as formé les reins, qui m’as tissé au ventre de ma mère. Mon âme tu la connais bien. Mes os n’étaient point cachés de toi, quand je fus façonné dans le secret, brodé au profond de la terre. Mon embryon, tes yeux le voyaient... (Psaume 139,13...16).

Yahvé m’a appelé dès le sein maternel, dès les entrailles de ma mère, il a prononcé mon nom... Il m’a dit : “Tu es mon serviteur, Israël, toi en qui je me glorifierai.” (Isaïe 49,1...3).

Mais quand Celui qui, dès le sein maternel, m’a mis à part et appelé par sa grâce, daigna révéler en moi son Fils pour que je l’annonce parmi les païens... (Galates 1,15-16).

Et maintenant Yahvé a parlé, lui qui m’a modelé dès le sein de ma mère pour être son serviteur... (Isaïe 49,5).

Alors que Dieu, dès mon enfance, m’a élevé comme un père, guidé depuis le sein maternel ! (Job 31,18).

Car c’est toi mon espoir, Seigneur, Yahvé, ma foi dès ma jeunesse. Sur toi j’ai mon appui dès le sein, toi ma part dès les entrailles de ma mère... (Psaume 71,5-6).

L’ange à Zacharie à propos de Jean : Il sera rempli du Saint Esprit, déjà à partir du sein de sa mère. (Luc 1,15).

Et il advint, dès qu'Elisabeth eut entendu la salutation de Marie, que l'enfant tressaillit dans son sein et Elisabeth fut remplie du Saint Esprit. (Luc 1,41).

Lorsque j’ai entendu tes paroles de salutation, l’enfant a tressailli d’allégresse au-dedans de moi. (Luc 1,44).

Car c’est toi mon espoir, Seigneur, Yahvé, ma foi dès ma jeunesse. Sur toi j’ai mon appui dès le sein, toi ma part dès les entrailles de ma mère... (Psaume 71,5...6).