L’autre dimension
 

Béatitudes

Heureux les riches. Heureux les battants et les gagnants. Heureux ceux qui rient et qui s’amusent. Heureux les repus. Heureux ceux qui ont toujours raison. Heureux ceux qui jouissent de tous les plaisirs de la vie. Heureux les futés qui s’en sortent toujours. Heureux les malins qu’on ne cesse d’applaudir... Telles sont les ‘béatitudes’ du monde.
 Heureux les riches. Heureux les battants et les gagnants. Heureux ceux qui rient et qui s’amusent. Heureux les repus. Heureux ceux qui ont toujours raison. Heureux ceux qui jouissent de tous les plaisirs de la vie. Heureux les futés qui s’en sortent toujours. Heureux les malins qu’on ne cesse d’applaudir... Telles sont les ‘béatitudes’ du monde.

Aux antipodes, et à travers une absolue rupture, se situent des béatitudes radicalement autres. Là où ça jubile
ailleurs.


Heureux les pauvres de cœur : le Royaume des cieux est à eux !
Heureux les doux : ils obtiendront la terre promise !
Heureux ceux qui pleurent : ils seront consolés !
Heureux ceux qui ont faim et soif de la justice : ils seront rassasiés !
Heureux les miséricordieux : ils obtiendront miséricorde !
Heureux les cœurs purs : ils verront Dieu !
Heureux les artisans de paix : ils seront appelés fils de Dieu !
Heureux ceux qui sont persécutés pour la justice :
le Royaume des cieux est à eux !
Heureux serez-vous si l’on vous insulte,
si l’on vous persécute
et si l’on dit faussement toute sorte de mal contre vous,
à cause de moi.
Réjouissez-vous, soyez dans l’allégresse,
car votre récompense sera grande dans les cieux.
(Matthieu 5,3-12)

Ce n’est qu’en béance et dans la lumière de Dieu que ces béatitudes évangéliques ouvrent l’autre dimension de la jubilation. La seule, certainement, qui ait des chances de ne jamais décevoir dans le temps et de traverser l’éternité.

Alors, avec la Vierge Marie, peuvent exalter et exulter toutes les fibres de l’esprit, de l’âme et du corps.

Mon âme exalte le Seigneur,
mon esprit exulte en Dieu mon Sauveur.
Il s’est penché sur son humble servante;
désormais tous les âges me diront bienheureuse.
Le puissant fit pour moi des merveilles.
Saint est son nom !
Son amour s’étend d’âge en âge sur ceux qui les craignent.
Déployant la force de son bras, il disperse les superbes.
Il renverse les puissants de leurs trônes.
Il élève les humbles.
Il comble de biens les affamés.
Il renvoie les riches les mains vides.
Il relève Israël son serviteur.
Il se souvient de son amour,
de la promesse faite à nos pères,
en faveur d’Abraham et de sa race à jamais.

(Luc, 46-55)